Le « frigot amériquin »

Parfois, on parcourt les p’tites annonces, à la recherche du bon plan, ou simplement pour passer le temps.

Parfois, on tombe sur des ventes insolites. Des choses inédites qu’on ne pensait jamais trouver. Et oui, sur Internet, on trouve de tout ! De la touffe de cheveux de Mistertel à la pompe électrique de direction assistée d’une Clio I. Et même plus.

Mais parfois, ce n’est pas tant le produit vendu qui est insolite que le contenu de l’annonce. Hé oui, tout le monde le sait, pour vendre un produit, il faut avancer les bons arguments. Savoir y mettre les formes. Certains l’ont bien compris. D’autre se soucie un peu moins de leur expression. Voilà ce qu’une petite annonce peut donner quand on vie à l’ère d’Internet et du SMS.

L\'annonce du frigot ameriquin
(cliquez sur l’image pour agrandir)

Je vous laisse estimer le nombre de fautes…
Allez Sabrina, c’est pas grave, il est beau quand même ton frigot amériquin !

Laisser un commentaire

JNSPQB1 : La vidéo fun !

Quand tu ne sais pas quoi bloguer, tu peut :

1- Mettre une vidéo que tu as appréciée, du web ou d’un ami, avec un petit commentaire du type Skyblog.

« Ouais trop lol ! »

Comments (2)

Vivre ses rêves !

Cette nuit, j’ai fait un rêve. Soit-disant qu’on rêve toutes les nuits. Moi je ne m’en souviens pas. Ou très rarement. Pourtant, il y a un rêve que je garderai toujours en mémoire. Mais ce n’est pas celui-là qui m’a réveillé ce matin. Non. Le rêve de cette nuit était flou. Hasardeux. Et plus on laisse le réveil nous gagner, moins on se souvient des détails du rêve. Pourtant, une chose m’a marqué dans mon rêve.

J’étais mal. La fièvre… Mais pas celle du samedi soir, non ! Le ventre barbouillé qui vous dissuade d’avaler quoi que ce soit, accompagné de son mal de tête qui ne vous laisse qu’une envie, refermer les yeux. L’état maladif n’est pas agréable, même en rêve ! C’est ça qui m’a oté de mon sommeil. Qui m’a sorti de ce rêve.

Plus qu’un rêve, une prémonition…

Laisser un commentaire

Lard du blog

La dure vie du blogueur est de poster régulièrement. Hé oui, un blog qui n’a pas de nouveauté fréquemment est vite délaissé par ses lecteurs (fidèles). Mais malheureusement, certaines fois, tu n’as pas d’idées de sujets qui plairont (ou pas) au(x) visiteur(s) de ton blog.

Alors pour toi, pour t’aider à poster (des trucs merdiques) sur ton blog, je t’invite à suivre la série « Je ne sais pas quoi bloguer » (JNSPQB), avec dès demain le premier numéro.

Comments (1)

Ch’est le chien !

Un matin de chien…, la suite !

Après sa sortie de l’ascenseur, j’ai proposé au chien de revenir et m’accompagner, me doutant que sa maîtresse ne saurait être bien loin. Mais il me regarda d’un air « Mais qu’est qu’il me veut celui-là ! », et déclina mon offre pour continuer sa balade dans le couloir. Convaincu que le bichon ne me rejoindrait pas et voyant l’heure défiler, je quittais donc l’étage, lui laissant ce chien orphelin… Mais pas pour longtemps.

Plutôt que de descendre jusqu’au sous-sol, l’ascenseur préféra faire un arrêt au rez-de-chausser. Là, une vieille dame toute affolée me demande si je n’ai pas vu son petit chien. Alors que je commençais à lui expliquer que son bichon blanc se baladait au deuxième étage, celui-ci se mit a aboyer. C’est donc quelques secondes après que le petit chien retrouvât sa maîtresse.

Alors maintenant, allez expliquer à votre patron que vous êtes en retard à cause d’une vieille dame et de son chien qui se balade seul en ascenseur ! … « Désolé chef, il y avait des bouchons ! »

Comments (2)

Une semaine sans Kall1…

Allez un petit quand même. Mais c’est bien par ce que c’est vous !

Comments (1)

Un matin de chien…

Ce matin, il fallait se lever pour aller travailler. Matinal ? Je suis loin de l’être. C’est donc toujours dur de sortir de son douillet lit, même s’il est déjà 7h51. Après un passage aux et à la toilette(s) c’est l’heure du p’tit déj’. Puis, une fois le déjeuner préparé, j’enfile les chaussures, et on est paré pour une journée travaillée.
La fainéantise matinale et la voiture garée au sous-sol m’incitent à utiliser l’ascenseur à défaut des sempiternels escaliers. Mais 8h46 semble être une heure d’affluence. Une fois ses voyageurs honorés, l’élévateur se décide enfin à venir me chercher.
Ca y est, il arrive. Je l’entends. Les portes s’ouvrent. Et là, surprise ! Il était là, seul, dans l’ascenseur, attendant que je m’écarte un peu du passage pour le laisser sortir. Et d’un élan sûr, le bichon quitta l’ascenseur. C’est vraiment déroutant de voir un chien se promenant seul dans un ascenseur ! Et surtout, la grande question… Comment a-t-il fait pour appuyer sur le bouton appelant l’ascenseur ?

bichon

Hé, oui ! Certaines choses resteront à jamais dans les mystères de la vie.

A suivre… Ch’est le chien !

Comments (3)

« Newer Posts · Older Posts »